La criminalité ne s’arrête pas à la frontière!

La criminalité ne s’arrête pas à la frontière! Les communes d’Echt-Susteren (NL), Sittard-Geleen (NL) et la commune de Selfkant (D) ne le savent que trop bien. Dans leur pratique quotidienne, les municipalités doivent faire face à des résidents qui, par exemple, travaillent de l’autre côté de la frontière, déménagent dans un pays voisin, créent une entreprise juste à l’autre côté de la frontière ou un résident d’un pays voisin demande un permis à la municipalité. En principe, les exemples ci-dessus ne doivent pas poser de problèmes. Après tout, nous vivons au sein de l’Union européenne, où vivre et travailler au-delà des frontières est un grand avantage et est devenu une évidence. Le défi ne se pose que lorsque la frontière est utilisée par des criminels pour se cacher de l’administration : S’inscrire à une adresse allemande pour éviter une dette en cours auprès d’une municipalité néerlandaise, créer une entreprise de l’autre côté de la frontière parce que le permis de l’autre municipalité a été révoqué, demander un permis dans une municipalité étrangère pour qu’il ne soit pas possible d’examiner les finances dans le pays d’origine.

Echt-Susteren, Sittard-Geleen et la municipalité de Selfkant ont rendu cette question négociable. Sur la base d’exemples pratiques généraux, les municipalités ont acquis une meilleure connaissance des responsabilités respectives des autres municipalités et des opportunités et défis auxquels elles sont confrontées. L’accent a été mis sur les opportunités : ne pas penser en termes de problèmes, mais en termes de solutions. Et qu’est-ce qui en est ressorti? L’échange transfrontalier d’informations entre autorités peut permettre à une municipalité voisine d’utiliser effectivement des pouvoirs administratifs.

Malgré les différents pouvoirs, il existe une énorme volonté de toutes les parties de coopérer dans la mesure du possible et d’échanger des informations au-delà des frontières dans le cadre de la lutte administrative contre la criminalité organisée.

Une première réunion réussie qui se poursuivra.  EURIEC apportera son soutien dans la période à venir.

En bref : ne pensez pas aux problèmes, mais aux solutions!